Rétention d’information ?

Comme tout contribuable est en droit de le faire (stipulé par la Constitution), CANOL a besoin de se procurer des documents administratifs détenus par les collectivités territoriales (Ville de Lyon, Métropole de Lyon, Région ARA, Nouveau Rhône). Car nous travaillons uniquement avec des documents officiels.

Malheureusement, il y a loin de la loi à la pratique. A de nombreuses reprises, devant un refus de transmission, nous sommes contraints de faire appel à la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) qui, elle, nous autorise à recevoir les documents demandés. Mais nous ne sommes pas les seuls à y recourir et la CADA est de plus en plus engorgée. Finalement cette démarche a un coût élevé pour l’Etat.

En tout cas, cette rétention (volontaire ?) retarde la publication de nos études. Devant cette situation inacceptable et illégale, nous avons décidé d’interpeller les plus hautes autorités : le Défenseur des Droits (réponse négative), le Président de l’Assemblée nationale (pas de réponse), deux députés (l’un nous a reçus, l’autre n’a pas daigné répondre), le Ministère de la Cohésion des Territoires (pas de réponse), le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Action des Comptes Publics (pas de réponse). Et pourtant, l’exemple ne devrait-il pas venir d’en haut ? Enfin, un courrier est parti récemment auprès de la HATVP (Haute Autorité de la Transparence de la Vie Publique). Cet organisme nous a demandé de transmettre un dossier pour argumenter notre réclamation.

C’est chose faite ; nous attendons avec impatience que soit mis fin à ces graves entorses de la part des élus locaux.

Articles en rapport

RIC : Un rapport coût-efficacité sans pareil !

CANOL s’était déjà penché sur l’idée et l’utilité du référendum d’initiative citoyenne (RIC) dans notre bulletin 42. Nous notions : Dans l’actuelle démocratie représentative l’acte du votant est fugace : il ne dure que le temps du dépôt du bulletin de vote dans l’urne. Puis nos élus droguent la population...

Read More

Privatisation de Saint Exupéry : bilan ———-

Les aéroports de Lyon Saint-Éxupéry et Bron ont été privatisés en 2016. Un consortium emmené par Vinci Airports a racheté les 60% détenus par l’État, le solde restant la propriété de collectivités territoriales.  Le consortium a déboursé 535 M € pour acquérir l’exploitation de Saint Éxupéry ; les bâtiments et surtout...

Read More

Faire un commentaire