Compte administratif 2018 ville de Lyon

Nous avons examiné les principaux chiffres de 2018 en tenant compte des paramètres suivants :

  • Nous avons considéré l’ensemble des budgets et avons donc inclus les budgets annexes des Halles Paul Bocuse du théâtre des Célestins et de l’Auditorium.
  • La comparaison est faite par habitant et tient donc compte de l’évolution de la population qui a augmenté de 7 000 habitants en un an, soit 1,4%.
  • Les dépenses par fonction ont été calculées en nettes, c’est-à-dire recettes correspondantes déduites.

Voici ce que nous avons constaté :

  montant global (M€) montant par habitant croissance par habitant
  2017 2018 2017 2018 Montant par hab.
recettes fonctionnement     661 933       704 108          1 288 €        1 351 €            64 € 4,9%
dotations de l’Etat     125 618       123 835          244 €          238 € –            7 € -2,7%
Fiscalité     472 535       469 890          919 €          902 € –          17 € -1,9%
dépenses fonctionnement     579 542       584 620          1 128 €        1 122 € –            5 € -0,5%
dépenses de personnel     349 384       346 588          680 €          665 € –          15 € -2,1%
ratio personnel/fonct.             –     60,3% 59,3%    
Epargne brute       82 391       119 487            160 €          229 €            69 € 43,1%
Epargne nette       32 122         75 838              62 €          146 €            83 € 132,9%
Dépenses d’équipement     117 238         98 708            228 €          189 € –          39 € -16,9%
Dette au 31/12     422 469       413 811            822 €          794 € –          28 € -3,4%

 

Les recettes de fonctionnement :

  • Elles augmentent globalement de 4,9% (64 € par habitant). Les principales variations sont :
  • Les droits de stationnement : +7,9 M€
  • Les taxes d’habitation et foncières : +5,4M€
  • La taxe sur la consommation d’électricité : +2,4 M€
  • Les droits de mutation : +6,2 M€
  • Les revenus des immeubles : + 4,2M€
  • Les produits exceptionnels : +3,7 M€
  • Les dotations baissent de 1,9M€

Dépenses de fonctionnement :

  • Elles augmentent globalement de 5,1 M€. Mais, compte tenu de l’augmentation de la population, elles baissent de 5 €/h., -0,5%.
  • Les dépenses de personnel baissent de 3,2M€ (-15 €/h.). Elles redeviennent inférieures au ratio de 60% des dépenses de fonctionnement, ce qui est encore très fort.
  • Les autres variations significatives sont :
    • Charges à caractère général : -1,7 M€
    • Subventions aux associations : +2,4M€
    • Intérêts de la dette : -1,4 M€
    • Charges exceptionnelles (-3,2 M€)

L’épargne (ou capacité d’investissements)

  • L’épargne brute (solde de fonctionnement : recettes – dépenses) augmente de 43% (+69 €)
  • Après remboursement de l’annuité d’emprunts, l’épargne nette qui était très faible en 2017, remonte à un niveau satisfaisant (10,8%).

Les dépenses d’équipement

  • Elles baissent sensiblement (-16,9%) et reviennent au niveau de 2016.

La dette

  • Du fait du léger excédent des remboursements d’emprunts par rapport aux nouveaux emprunts (+8,6 M€), elle se situe à 794 €/h.
  • Grâce à l’épargne brute élevée, la capacité de remboursement descend à 3, 5 années.

Les dépenses nettes par domaine

  • Recettes correspondantes déduites, elles diminuent globalement de 5,6% par hab. : -48 €.
  • Les baisses les plus importantes sont constatées :
    • Dans les services généraux (-21 €/h.)
    • Dans la sécurité/salubrité (-15 €/h.) car on y impute les droits de stationnement qui passent de 17,9 à 25,8 M€ (+7,9 M€)

En conclusion,

  • La ville de Lyon affiche un bilan flatteur pour l’exercice 2018, puisque les recettes augmentent sensiblement tandis que les dépenses sont contenues.
  • Mais cette situation se fait au détriment des contribuables, qui voient leurs contributions augmenter plus que l’inflation : impôts locaux, droits de mutation, droits de stationnement
  • Nous ne voyons toujours pas de mesure significative d’économie, le respect de la loi sur le temps de travail, défaillant depuis 17 ans, pourrait pourtant être une solution.

Articles en rapport

Notre point de vue sur le prix de l’eau gérée par le Grand Lyon

Depuis le 3 février 2015, la production et la distribution de l’eau potable de l’agglomération lyonnaise sont confiées à Eau du Grand Lyon, filiale de la société Véolia, par une délégation de service public d’une durée de 8 ans (à l’exception des communes de La Tour-de-Salvagny, Lissieu, Marcy-l’Etoile, Quincieux...

Read More

Métropole de Lyon : il n’y a pas que la TEOM… le prix de l’eau est aussi trop élevé !

La Métropole de Lyon a comme compétence la gestion de l’eau sur son territoire. Elle en a délégué l’exploitation à une société intitulée «Eau du Grand Lyon», filiale de Véolia, à qui les consommateurs versent une redevance en fonction de leur consommation. Cette redevance est répartie entre le délégataire,...

Read More

Faire un commentaire