Privatisation de Saint Exupéry : bilan ———-

Les aéroports de Lyon Saint-Éxupéry et Bron ont été privatisés en 2016. Un consortium emmené par Vinci Airports a racheté les 60% détenus par l’État, le solde restant la propriété de collectivités territoriales.  Le consortium a déboursé 535 M € pour acquérir l’exploitation de Saint Éxupéry ; les bâtiments et surtout la réserve foncière de 950 hectares restant publics.

Depuis, la croissance annuelle du trafic passagers a plus que doublé (8 % par an) alors que celui de son concurrent direct, Genève n’a progressé que de 2 % à 2,5 % par an. Pour la première fois depuis dix ans, le Conseil international des aéroports (ACI) a attribué à un aéroport français, Lyon Saint-Exupéry, le prix du meilleur aéroport européen de l’année parmi ceux accueillant de 10 à 25 millions de passagers par an.

Une récente analyse a mis en avant le fait que de forts dividendes ont été versés : 2016 et 2017 : 2,4 M€ ; 2018 : 28,7 M €, dont 7 M € pour la CCI qui en a bien besoin, et 4,2 M € pour les collectivités territoriales (Métropole, Région, Nouveau Rhône), soit 40% à des collectivités publiques. D’autre part, il est relevé que le département de l’Isère verse à Vinci 1, 8 M € par an pour que l’aéroport de Grenoble puisse fonctionner car peu rentable. Faut-il pour autant condamner le fait de subventionner l’exploitation d’aéroports déficitaires ?

La France est le pays où il y a le plus d’aéroports (84) au monde par rapport au trafic passagers ; la très grande majorité des petits aéroports étant très déficitaires. La solution serait de supprimer les aéroports de Grenoble, Chambéry et Saint-Etienne en rabattant les passagers vers Saint-Éxupéry par bus ; Air France vient d’ailleurs de renforcer ce service.

Dans ces conditions, on sortirait du système français absurde qui consiste à financer des services déficitaires par toutes formes d’impôts et taxes. Mais pour prendre ce type de décision, il faut du courage politique.

Articles en rapport

RIC : Un rapport coût-efficacité sans pareil !

CANOL s’était déjà penché sur l’idée et l’utilité du référendum d’initiative citoyenne (RIC) dans notre bulletin 42. Nous notions : Dans l’actuelle démocratie représentative l’acte du votant est fugace : il ne dure que le temps du dépôt du bulletin de vote dans l’urne. Puis nos élus droguent la population...

Read More

Le Pôle funéraire public en faillite

En octobre 2016 le syndicat intercommunal des pompes funèbres de l’agglomération lyonnaise dénommé « Pompes funèbres intercommunales de l’agglomération lyonnaise » (PFIAL), créé en 2005 à l’initiative des communes de Lyon et Villeurbanne, a décidé de confier la gestion de l’ensemble de ses compétences à la Société Publique Locale...

Read More

Faire un commentaire