Le compte administratif 2017 ville de Lyon

Nous avons examiné les principaux chiffres de 2017 en tenant compte des paramètres suivants :

  • Nous avons considéré l’ensemble des budgets et avons donc inclus les budgets annexes des Halles Paul Bocuse, du Théâtre des Célestins et de l’Auditorium.
  • La comparaison est faite par habitant et tient donc compte de l’évolution de la population qui a augmenté de 5 000 habitants en un an, soit 0,9%.
  • Les dépenses par fonction ont été calculées « en net », c’est-à-dire recettes correspondantes déduites.

Voici ce que nous avons constaté :

  montant global (M€) montant par habitant croissance par habitant
  2016 2017 2016 2017 Montant par hab.
Recettes fonctionnement     658 537       661 933          1 293 €        1 288 € –            5 € -0,4%
Dotations de l’Etat     129 083     125 618          254 €          244 € –            9 € -3,6%
Fiscalité     466 240     472 535          916 €          919 €              4 € 0,4%
Dépenses fonctionnement     580 655       579 542          1 140 €        1 128 € –          13 € -1,1%
Dépenses de personnel     341 902     349 384          671 €          680 €              8 € 1,2%
Ratio personnel/fonct. 58,9% 60,3%    
Epargne brute       77 882         82 391            153 €          160 €              7 € 4,8%
Epargne nette       36 645         32 122              72 €            62 € –            9 € -13,2%
Dépenses d’équipement       96 239       117 238            189 €          228 €            39 € 20,7%
Dette au 31/12     405 149       422 469            796 €          822 €            26 € 3,3%

 

Les recettes de fonctionnement :

  • Elles diminuent globalement de 0,4% (5 € par habitant)
  • Les recettes fiscales augmentent de 4 €/hab. (+0,4%) : 7 € pour les taxes ménages et 9€ pour les droits de mutation. C’est insuffisant pour compenser la baisse des dotations de l’Etat, qui représente 9 €/hab. (-3,6%).

Dépenses de fonctionnement :

  • En stagnation, elles baissent de 1,1% du fait de l’accroissement de la population de 5 000 habitants.
  • Les dépenses de personnel augmentent de 1,2%. Elles dépassent maintenant le ratio de 60% des dépenses de fonctionnement.
  • La baisse des autres dépenses n’est pas le résultat d’économies réalisées mais la diminution de 11,3 M€ de dépenses exceptionnelles de 2016.
  • Les subventions aux associations ont augmenté de 0,6%.

L’épargne (ou capacité d’investissements)

  • L’épargne brute (solde de fonctionnement : recettes – dépenses) augmente de 4,8% (+7 €)
  • Après remboursement de l’annuité d’emprunts, l’épargne nette perd 13% (-9 €). Elle ne représente plus que 4,9% des recettes de fonctionnement.

Les dépenses d’équipement

  • Elles augmentent sensiblement : +20,7%, 39€/hab.

La dette

  • Du fait de la baisse de l’épargne nette et de la hausse des investissements, elle s’accroît légèrement (+3,3%).
  • Curieusement, d’une année sur l’autre, la dette présentée au 31/12 est différente de la dette au 1/1 de l’année suivante, calculée en ajoutant le solde des emprunts remboursés et des nouveaux emprunts !

Les dépenses nettes par domaine

  • Recettes correspondantes déduites, elles diminuent globalement de 3,5% par hab. : -31 €.
  • La baisse la plus importante est constatée dans le logement où, en 2016 il avait été bizarrement imputé une dépense exceptionnelle de 11,3M€ permettant au LOU Rugby de quitter le stade MATMUT pour s’installer à Gerland.
  • Sans cette dépense, les économies réalisées ne sont plus que de 10 €/hab.

En conclusion,

  • Il y a peu de variation par rapport à 2016
  • La baisse modérée des dotations de l’Etat est compensée en volume par celle de la fiscalité.
  • On constate un dérapage inquiétant dans les frais de personnel qui dépassent maintenant 60% des dépenses de fonctionnement. La ville pourrait redresser cette situation si elle avait la volonté de faire respecter la loi qui oblige les fonctionnaires territoriaux à travailler 1 607 h/an au lieu des 1 568 qu’elle pratique illégalement depuis 2002.


Articles en rapport

Faire un commentaire