Argent public et immobilier privé pour le sport business

CANOL dénonce depuis longtemps la mise à disposition de fonds publics au service de projets privés. Ce fût le cas du financement du stade de l’OL pour lequel, environ 10 hectares suffisaient correspondant au terrain du Puisoz à Vénissieux, d’abord pressenti. Mais l’OL a renoncé à ce choix car il fallait beaucoup plus, c’est-à-dire cinquante hectares.

CANOL n’a rien contre le sport au contraire mais l’exigence est qu’un projet privé soit financé par des capitaux privés.

La vente de 32 hectares appartenant au Grand Lyon au prix bradé de 40 €/ m2 alors que les prix constatés de ces terrains devenus constructibles, se situent entre 150 €/m2 et 200 €/m2 est un « cadeau » d’environ 35 M€. Mais ce n’était pas suffisant et d’autres « coups de pouce » sont intervenus, déclaration « d’intérêt général », caution de 40 M€ du Conseil général, soutient de la Caisse des Dépôts, prolongement du tram T3, indemnités de ruptures de contrats de location à Gerland. Dans le même temps, des agriculteurs ont été expulsés avec une indemnité de 1 €/m2. Le financement public pour les accès est évalué à 200 M €.

Par ailleurs les subventions publiques se perpétuent, 1,755 M € pour la saison 2017/2018. Or, l’OL est une société cotée en bourse ; elle a reçu en 2017, 100 M € d’un investisseur chinois ; et les quarante hectares en réserve permettent maintenant de construire un programme immobilier, la « Smart City », un musée assorti d’une subvention de la Région ARA de1,5 M€, des hôtels, un pôle médical, un centre de foot en salle, et des bureaux bien sûr. Tous ces droits à construire vont permettre d’amortir le financement privé du stade lui-même évalué à 400 M€.

En résumé, sans tous ces financements par le contribuable, le Groupama* Stadium n’aurait jamais vu le jour.

Un montage de financement par l’immobilier assez similaire, est en cours à Gerland avec le Matmut Stadium du LOU. Il s’agit cette fois de la mise à disposition de terrains par un bail emphytéotique de soixante ans avec des droits à construire des locaux commerciaux. Et le LOU reçoit des subventions publiques qui s’élèvent à de 1 573 M€ pour la saison 2017/2018.

En définitive, on dirait qu’il s’agit pour les collectivités qu’il n’y ait pas de jaloux entre les actionnaires privés du LOU et ceux de l’OL !

 

Articles en rapport

Faire un commentaire